Que faire si vous êtes victime du Revenge Porn ?

Comment savoir si des photos de soi à caractère sexuel sont partagées sur Internet et que faire si c’est le cas ?

On estime qu’une personne sur 10 aurait eu une photo d’elle-même « dans un état de nudité ou de nudité partielle » postée en ligne sans son consentement. Vous pourriez être cette personne sans même que vous en rendiez compte. Souvent, les gens ne savent probablement pas que leurs photos sont sur Internet et qu’il n’est pas facile de les faire disparaitre. Une fois que c’est sur internet, on n’y peu presque rien faire.

Cela pourrait finir n’importe où.

QU’EST-CE QUE LE « REVENGE PORN » ou « vengeance pornographique » ?

La vengeance pornographique est un abus sexuel consistant à publier en ligne des images ou des vidéos sexuellement explicites d’une personne sans son consentement.

Revenge Porn

Souvent, ce sont les ex-amoureux qui sont responsables de la publication de contenus compromettant à des fins de vengeance, mais pas toujours. Les pirates informatiques peuvent, eux aussi, être pointés du doigt.

COMMENT SAVOIR SI DES PHOTOS DE VOUS « NU OU PARTIELLEMENT DÉNUDE » SON SUR INTERNET ?

En quelques mots : Inverser la recherche d’image.

Voici comment:

  • Aller sur Google Images ;
  • Cliquer sur l’icône de l’appareil photo « Recherche par image » ;
  • Cliquer sur l’onglet « Importer une image » ;
  • Cliquer sur le bouton « Parcourir » ;
  • Sélectionner une de vos photos présentes sur votre ordinateur.

Un ensemble d’algorithmes vous fera découvrir les pages Web où des images semblables « probablement de vous » apparaissent.

TVA NOUVELLES: L’Australie a présenté mercredi un projet de loi imposant de très lourdes amendes à ceux qui pratiquent la «vengeance porno» en mettant en ligne sans autorisation des photos ou vidéos intimes ainsi qu’aux réseaux sociaux abritant ces images.

Agence France-Presse | Publié le 6 décembre 2017 à 08:14 – Mis à jour le 6 décembre 2017 à 08:38

Google supprimera les images ou les vidéos dans les cas suivants :

  • Vous êtes nu ou pris dans un acte sexuel
  • Le contenu devrait être privé
  • Vous n’avez jamais consenti à ce que le contenu soit publiquement disponible.

Le seul problème avec cette méthode, c’est la politique de confidentialité pratiquée par Google. Les images ou les URL que vous publiez sur Internet seront stockées par Google. Google affirme que les images et les URL sont utilisées « pour améliorer nos produits et services », mais la façon dont ils sont utilisés reste à voir.

Pour en savoir plus, visitez la page de soutien Google intitulée « Faire retirer de Google des images personnelles et explicites pour lesquelles vous n’avez pas donné votre consentement » ou le site web : Cyber Civil Rights Initiative.

QUE FAIRE SI VOUS EN ÊTES VICTIME ?

La réalité effrayante est que, une fois que vos photos sont en ligne, les organisations officielles ne peuvent pas faire grand-chose pour y remédier.

1. La prévention

La plupart d’entre nous ne voudrons jamais d’un monde où l’on ne peut pas envoyer des photos intimes à quelqu’un avec qui on est en relation « amoureuse ». Cependant, vous l’avez probablement déjà entendu des milliers de fois, mais il faut le dire encore une fois : « faites attention lorsque vous partagez vos informations personnelles avec d’autres personnes ». La technologie de la communication est en constante évolution et il est devenu difficile de prévoir les conséquences de nos actions « électroniques ». Il est important de comprendre que même si vous faites confiance à la personne à qui vous envoyez des photos personnelles, rien ne pourra vous garantir ni la pérennité de votre relation ni le fait que vos photos ne soient pas utilisées contre vous à l’avenir.

Il existe des applications de messagerie privées, comme Snapchat et Cyberdust, qui prétendent que vos photos disparaitront en toute sécurité. Bien que ces applications soient dotées d’une couche de sécurité supplémentaire, cela n’empêche pas le récepteur d’en prendre des captures et les enregistrer sur son ordinateur et, éventuellement, les partager. Cela dit, il n’y a tout simplement aucune garantie que vos photos personnelles demeurent en sécurité une fois qu’elles sont publiées en ligne. Moral : Si vous ne voulez pas que votre maman voie vos photos « intimes » … Ne les partagez pas !

2.Engager des mesures juridiques

Si vous êtes déjà victime d’un coup de « vengeance porno», vous pouvez choisir de consulter un avocat. Si vous choisissez cette solution, il est important d’agir rapidement. Localisez et notez chaque URL où vos photos existent. Ensuite, contactez les sites Web hébergeant les photos qui vous posent un problème et demandez-leur de les supprimer. Cela ne peut pas fonctionner à tous les coups, mais il est important, lors de votre action juridique, que vous montriez que vous essayez de lutter contre les photos qui nuisent à votre réputation et les images intimes diffusées sur le Net sans votre accord.

3.Lois de copyright

On estime que 80 % des images liées à des coups de « revenge porn » sont considérées comme des « selfies », ce qui signifie que le sujet et le photographe ne font qu’un. Donc, si vous y apparaissez, vous en possédez les droits d’auteur. C’est (là où vos captures d’écran s’introduisent) pourquoi vous ne devriez pas supprimer l’image originale.

Si c’est votre photo, vous avez de la chance :

Google n’aime pas répertorier des contenus protégés par des droits d’auteur. Vous pouvez donc supprimer l’indexation du site d’hébergement en leur adressant un avis au Le Digital Millennium Copyright Act (DMCA). Ainsi, même si le contenu que vous revendiquez demeure sur les sites au contenu pornographique, il n’apparaitra plus sur les résultats de recherche Google. C’est déjà une énorme victoire.

Pour engager une procédure DMCA :

  • Vous devez être le propriétaire des droits d’auteur.
  • Vous devez identifier le contenu protégé par des droits d’auteur. (Joindre l’original)
  • Fournir des informations sur l’endroit où la violation du droit d’auteur a lieu.

Si vous n’êtes pas celui qui a pris la photo :

Si la photo a été prise à votre insu (ce qui signifie que vous n’êtes pas celui qui l’a prise), alors la procédure ne sera pas facile. Mais, vous pouvez toujours trouver une solution pour y remédier. Disons que la photo compromettante est postée sur un forum. Vous pouvez prendre une nouvelle photo de vous, participer dans la même section du forum et la poster. Maintenant, la page contient un contenu protégé explicitement par un droit d’auteur. Ensuite, vous pouvez engager une procédure de retrait DMCA. Cela n’est pas garanti à tous les cous, mais parfois c’est le cas.

4.Demander à Google de désindexer l’URL de la page contenant l’image compromettante

Google aurait affirmé qu’il répondra aux demandes ayant pour objet de supprimer les images liées à des coups de « revenge porn » de ses résultats de recherche.

Les victimes auront ainsi la possibilité de soumettre leurs demandes de suppression via un formulaire en ligne. Cela avec les récentes interdictions du « revenge porn » sur Reddit et Twitter, on aura fait un grand pas dans la lutte contre la vengeance pornographique.

5.Prenez le contrôle des résultats de recherche relatifs à des requêtes vous concernant

L’un des moyens les plus efficaces de gérer sa réputation en ligne de manière proactive consiste simplement à enterrer tout contenu compromettant pouvant apparaitre sur les pages de résultats des moteurs de recherches, notamment Google, grâce à une stratégie de référencement (SEO) bien élaborée. Le fait « d’alimenter » les pages de résultats de recherche Google, notamment avec un contenu positif bien classé, est un moyen infaillible de contrôler ce que les internautes voient lorsqu’ils effectuent des requêtes en rapport avec vous ou avec votre activité de façon générale. C’est aussi le meilleur moyen d’empêcher la vengeance pornographique de nuire à votre image à l’avenir. Consultez notre blog en ligne sur la gestion de la réputation

On peut, à tout moment, être victime du « revenge porn »

Vous n’avez pas besoin d’envoyer une photo de vous à quelqu’un d’autre pour être victime de publication de contenu compromettant sans votre consentement. Votre appareil ou votre plateforme de stockage dans le « Cloud » pourrait facilement subir une attaque malveillante. Un rapport de 2017 a révélé que 10 % des Australiens ont déclaré avoir été victimes de publication en ligne de photos personnelles de nudité ou semi-nudité sans leur consentement.

Dans un monde où les images non consensuelles sont devenues un marché à part entière, on continue de partager ses images intimes en toute insouciance sans penser aux conséquences.

Aussi longtemps que les victimes seront laissées à leur sort pour « réparer » leur réputation sur le Web, les lois dépassées et les vides juridiques ne feront que permettre aux délinquants de s’en tirer profit.

Des sites web tels que Flickr, Twitter, Google et Reddit ont adopté des positions plus strictes sur la vengeance pornographique et se sentent plus responsables et engagés envers cela. Pourvue que cette initiative se généralise sur d’autres sites de média sociaux comme Tumblr.

Cependant, le phénomène « revenge porn » continue à faire des victimes, et il semble que la bataille n’est pas encore gagnée.

SEO Montreal

Nous sommes une société de marketing numérique qui vise à aider nos clients à atteindre d'excellents résultats dans plusieurs domaines clés.

Demander un devis

Nous offrons des services de référencement professionnel qui aident les sites Web à augmenter radicalement leur score de recherche organique afin de rivaliser pour le classement le plus élevé, même lorsqu'il s'agit de mots-clés hautement compétitifs.

More from our blog

See all posts